La Portelette 2015

Voilà samedi passé, 28 février 2015, c’était la Portelette !

C’est à Lobbes qu’elle se déroule, et ce sont des centaines de coureurs qui se rejoignent pour participer à cette événement qui prend une ampleur relativement importante avec le beau temps qui pointe le bout de son nez.

Ma situation

Suivant les entrainements donné par mon coach, et n’ayant pas la portelette comme objectif, ma semaine n’était pas prévue pour aller batailler en course à pieds. J’en parle au coach, j’avais envie de courir un peu de me tester en vitesse en sensation, car je n’ai plus couru en course depuis au moins 2 mois! Alors on se mets d’accord sur l’effort à fournir. L’objectif de cette course était de le faire en mode cool. Après l’entrainement de piscine de cette journée, ayant plusieurs copains bien motivés à aller s’amuser sur ce très beau circuit, je prépare mes affaires en 4ième vitesse que j’en oublie de manger.
Arrivé à Lobbes, car on m’avait prévenu qu’il y auraient beaucoup de participants et que l’on devrait faire la file, mais grâce à une organisation bien huilées, c’est dans une ambiance bonne enfant, que je m’en vais m’inscrire. Déjà 1000 pré-inscrits, plus ceux de la journée et vu le nombre de personnes que j’avais autour de moi ça révélais au moins 600 personnes de plus. Ce n’est que au moment du départ que l’on apprend que l’on est un peu plus de 1500. Des pros ou encore monsieur et madame tout le monde se préparent sur la chaussée. C’était pas compliqué, si vous passiez par la c’était bondé sur 100 mètres au minimum.
Le départ est donné ! A l’avant poste les favoris, qui partent comme des fusées. Personnellement, je n’étais pas parti pour faire un temps extra car le coach m’avait donné comme consigne de ne pas le faire à fond! J’ai eu beaucoup de mal à me contenir pour essayer de faire un course relativement calme vu le dénivelé et le vent que l’on a pris dans la face. Et surtout les 3 derniers kilomètres qui sont relativement pentus.

Le parcours

Capture d’écran 2015-03-10 à 20.24.42

Donc vous démarrez sur toute la chaussée de Lobbes, on bifurque sur la gauche pour arriver du coté campagnard, la ça descend bien pour attaquer directement. Une fois reculé vous allez trouver de très beaux paysages. Là on se retrouve vent de face pendant quelques kilomètres et ce n’était pas évident de se cacher ou de trouver 3 ou 4 compagnons de courses histoire de se battre ensemble contre la météo. Personnellement, j’ai essayé de tourner avec un autre coureur mais je me suis fait prendre, ne le voyant pas prendre de relais je me dis qu’il n’est plus capable de le prendre. Sauf que au moment ou l’on se retrouve vent de dos, je vois mon cher ami mettre de la vitesse sur le chemin longeant le bord de l’eau. Jusque là tout ce passe pour le mieux, je passe au 10 km en 42 min et des poussières, à ce moment la c’est un agréable sentiment qui m’envahi.Je me dis, si je continue à courir en 4min au km je passe en dessous des 55 min pour le 13 km et je me serais vraiment sous estimé, puisque je m’étais fixé entre 55 et 1h juste avant la course.

Capture d’écran 2015-03-10 à 20.23.23

Les 3 derniers kilomètres.

Ayant déjà réussi largement ma course, suivant mon temps au 10 km sans trop pousser, ‘fin on se comprend, car il y a encore quelque mois je courais en 50 min et j’étais vraiment à bout de souffle, à ce moment là, j’étais bien.On rentre dans les choses sérieuses. Après les quelques kilomètres le long de l’eau, on bifurque dans un chemin de terre, qui ressemble un peu à un parcours trail. Durant ce moment, on monte pendant un bon km, bien hard. Suivant les efforts donnés auparavant, les jambes grincent, elles se montrent rétissante pour monter la portelette. Arrivé en haut de celle-ci, ça redescend légèrement pour retrouver le plus petit parcourt. A partir de ce moment là j’ai 2 ou 3 coureurs peut-être un peu plus frais que moi qui me dépasse facilement, du style nous on vient de démarrer. Je les laisse prendre de l’avance pour la montée finale. Revenu sur la chaussée principale, je décide de remettre du rythme et d’exploser dans le finish, manque de connaissance du terrain je démarre trop tard et je finis avec bien trop de force mais en reprenant certains de mes adversaires.
Donc je termine la portelette 2015 en 57 min.

Capture d’écran 2015-03-10 à 20.22.01

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s