Mon mois de Mai

Et nous voici déjà début Juin, et dire que j’ai encore cette impression que hier nous étions dans les fêtes de fin d’année. Donc voici mon mois de Mai. Alors quand j’entends Mai, je comprends « fais ce qu’il te plait« , soleil, plaisir, BBQ et oui ça sonne déjà l’été. Pas vous peut-être ? Alors en ce mois de soleil, les entrainements suivent un bon train, je termine la première semaine avec près que 13 h d’entrainement. Alors que le tri de Charleroi pointe le bout de son nez, j’ai joué de mal chance sur la deuxième semaine. Le lundi ; je glisse dans le stock et où j’ai bien failli me faire mal, je pensais même m’être cassé la cheville, heureusement rien, juste une douleur qui passa relativement vite! Le mardi ; c’est un peu moins fun, je ressens surement la fatigue des longs entraînements de la semaine précédente, donc en rentrant du travail, je vais me reposer un peu. A mon réveil, je dois aller donner un coup de main pour déplacer une pierre. Au premier essai je la déplace seul ça se passe plutôt bien, peut-être un peu trop confiant. Deuxième essai, on la lève à la barre à mine pour la mettre droite, mais au moment ou je la prends, mon collègue me prend pour hulk et retire la barre à mine. C’est à ce moment là où je la sens partir, par réflexe je retire la main vite fait mais trop tard … l’ongle reste accroché et s’arrache.

IMG_20150516_193710 IMG-20150512-WA0000

(âme sensible s’abstenir) Je pense que vous pouvez voir ma tête quand je vois comme je pisse le sang de fou, moi qui, quand je vois un peu de sang je suis pratiquement en train de tourner de l’oeil, la rien je rentre chez moi et je nettoie bien comme il faut. A ce moment la, je suis en larmes mais pas de douleur, je suis effondré parce que je suis à 15 jours de la première compétition et pratiquement 1mois de l’eau d’heure. Tous les efforts de ces dernières semaines, gâchés. Je ne me laisse pas abattre et je décide quand même de faire les entrainements à pieds et en vélo. Ensuite, tellement pris par le fait de ne pas pouvoir nager, je me rends en pharmacie et je trouve l’accessoire qu’il me faut. Dans le style, pas glamour mais si comme moi vous devez vous entraîner, on s’en fout! C’est une capote pour doigt, nous pouvons le dire maintenant, «  le ridicule ne tue pas ! ». Donc je commence à nager, mais malheureusement, et la, seul vraiment les nageurs me comprendrons, je n’avais pas de sensations. Mais ma décision est prise, il me faut de l’entrainement. Nager sans sensations, c’est bizarre, c’est un peu comme courir quand on a pas les jambes, on ne sait pas mettre d’accélération, ce qui me perturbe assez. J’y arrive et c’est juste ce qu’il me faut. Nous arrivons petit à petit au Triathlon sprint de Charleroi. Durant cette semaine relativement light je propose à un ami que l’on s’entraine au transition, car c’est un moment clé dans le triathlon et peut importe que cela soit un courte distance ou un long. C’est à ce moment la où je peux faire la différence ! Il y a plusieurs points dans la transition, retirer la combi, passer en mode vélo, et la 2eme transition le passage du vélo à la course à pieds. Je donne tous les conseils que j’ai à donner et ca se passe plutôt pas mal.

Triathlon de Charleroi Enfin, ce jour est attendu depuis un moment, entre les copains qui le font et qui viennent encourager ca ne parle que de ça. Alors c’est un sprint triathlon, c’est à dire 800 m en natation et là ça se fait en piscine, 20 km à vélo et pour finir 5km à pieds.IMG-20150525-WA0000 La piscine, 800 m avec tous les petits champions de Belgique, je prends les quelques conseils de mon coach, ce que j’attendais avec impatience, car je suis toujours un peu stressé. En discutant avec lui, ca se passe il me dit de na pas partir trop fort que ca ne sert à rien … que tous les premiers dans les 200m se sont fait mettre K.O. Alors je décide de me placer 5éme sur 6 puisque avec mon doigt je n’avais pas la sensation d’avancer. Boom le coup d’envoie est lancé! Au 600 m je vois qu’ils placent une attaque, et qu’ils prennent quelques mètres. Par la suite, mon coach m’avoua qu’il aurait voulu me dire de les tenir mais il a hésité. Il n’aurait pas du je n’attendais que ça. Alors pourquoi je ne l’ai pas fait? Je voulais surement en garder dans les bras, pour le reste du parcours. IMG-20150525-WA0024Je sors relativement bien de l’eau, je cours jusqu’à mon vélo, et là c’est la surprise, le mec juste avant moi avait fait tomber mes lunettes et mon casque me voila obligé de regarder que j’ai bien tout pour me dire d’y aller. En passant la ligne de départ, je saute sur mon vélo, les chaussures déjà fixées dessus où je glisse mes pieds avec une facilité remarquable, je m’étonne moi même. Je roule comme en contre la montre à bloc je veux reprendre des gens ! Je roule fort et quelqu’un en profite derrière, ce que je n’apprécie pas de trop. Il ne veut pas prendre de relais, pas de problème mais tu vas souffrir à vouloir prendre ma roue. Je ne suis pas commode! Arrivé à hauteur d’un collègue de couloir je lui fais  comprendre que nous pouvons partir à 2 facilement, ce que nous faisons directement. Nous voila partis, alors qu’un monstre de puissance reviens sur nous on décide de faire le reste de la course à 3 où cela tourne plus tôt bien. On arrive à l’entrée du parc à vélo et la quasiment les 3 sur la même rangée, je vois le gros rouleau partir vite je le suis quasiment côte à côte tandis que nos coéquipiers peinent à changer de chaussures. Donc c’est sous les encouragements de ma chère et tendre que je pars pour le parcours course à pieds, je reprends vite le rouleur de la bande, mais je vois que notre coéquipier resté en zone de transition un peu plus longtemps déboule une grosse course à pieds il me revient dessus. Je dois dire qu’il fait bon et que ce n’est pas mon point fort la chaleur (note de la petite copine: Mais ce n’est qu’une question d’entrainements). Mais bon il part très très fort. Je le laisse et suis mon rythme. Je garde un oeil dessus. Je dépasse facilement des gens, encouragé par le staff de l’ATCC. Nous devions passer dans la rue de la montagne, une rue que je connais vraiment bien car c’est le chemin que j’ai emprunté durant 3 ans lorsque que je faisais mes études, mais aujourd’hui il est beaucoup plus agréable. Après avoir vu un adversaire ne pas suivre dans la rue de la montagne je me permet de me rapprocher de mon adversaire direct. Dans ma tête à ce moment la ça fait  » attends attends et quand ça descend boum je mets la patate ! » ce que je réalise, il ne me voit pas car les ruelles tournent rapidement donc je pars à l’aveugle mais je sais que je peux l’avoir.IMG-20150525-WA0055 IMG-20150525-WA0058 Pour ceux qui connaissent j’arrive au coin du nautilus et je repars vers l’hélios. Là je le vois déjà entrain de fêter sa victoire alors je poursuis mon effort à fond ! Il ne me manquera que quelques mètres pour pouvoir le dépasser. Je finis ce huitième de Charleroi en 1H11, quand même très très content de ma performance. La dernière semaine de Mai est là.

Je profite des premiers jours de la semaine pour récupérer. Entrainement souple et relativement agréable. Car en fin de semaine, c’est parti pour les 11 KM de sombreffe. Jogging que j’avais déjà réalisé l’année passé et que j’avais relativement apprécié. Alors me voila au rendez vous, sous un temps relativement bizarre ça sent l’orage. L’échauffement fait rapidement quand même et avoir rencontré les copains. Petite pause photo avec mon cousin ( ci-dessous à gauche car à droite c’est moi), avec qui j’avais décidé de faire la couseDSC_0558 Quelques secondes après cette photo faite par mon amoureuse, le départ est donné mais n’étant pas aux avant post cela donne du fil à retordre parce qu’il faut dépasser pas mal de gens, mais nous partons à vive allure à partir du troisième kilomètres. Nous tournons en moyenne à 4min20 au kilomètre. Il fait plus gris, le vent se lève et je prends la première place devant mon cousin. Nous terminerons en 46 et 47 min sous quelques gouttes de pluie.

DSC_0619 Dimanche matin nous voici parti pour le trail de 15 km avec Thibaud Clément et ma petite soeur Maude. C’est une nouvelle expérience de courir dans les bois, dans les racines…etc Le temps était légèrement gris, mais je ne me surcharge pas de couche, tant pis si il pleut nous reviendront trempés. Nous découvrons cette région par tout les petits chemins de bois que nous offre ce très beau trail, mais pour un résumé beaucoup plus précis, je vous encourage vivement a passé sur le blog de Thibaud. Je termine donc ce mois de Mai, avec un cumul de 49 de sport pour 644 km.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s